Biais journalistique au Journal de Montréal?

Je trouve assez désolante la couverture médiatique que donne le Journal de Montréal en pages 6 et 7 de son édition du matin du 10 novembre 2011. Il me semble qu’implicitement, on comprend que le Journal est en faveur de la hausse des frais de scolarité. En soi, bien que je ne partage pas cette opinion, ce n’est pas ce qui me démange. Non, ce qui me démange, c’est que ce n’est pas explicitement indiqué. Tout ce qu’on a, ce sont deux articles en apparence « neutres » sur la question, deux articles qui semble essentiellement nous « informer » de choses qui méritent notre attention. Pourtant, clairement, on véhicule une opinion : la façon d’écrire et de présenter les articles en témoigne.

En page 7, on indique que les responsables étudiants de l’ASSÉ, de la FECQ et de la FEUQ ne représentent pas bien les étudiants parce qu’ils étudient à temps partiel ou par correspondance. Le titre?  » Leaders étudiants peu occupés » (on peut lire l’article ici). Je ne sais pas pour vous, mais quand je lis ça, je lis « les leaders étudiants se pogne le beigne et demandent aux étudiants de se mobiliser, alors qu’eux-mêmes ne peuvent pas comprendre la réalité de ceux qu’ils représentent ». Je suis peut-être un peu de mauvaise foi, mais la journaliste l’est tout autant. Un passage en fin de texte est délicieux dans sa structure :

«Il faut faire des sacrifices dans la vie. Je ne suis pas sûr d’être toujours bien représenté avec des gens qui ont deux cours par session», a dit au Journal Marc-Antoine Fortin, un étudiant de l’UQAM rencontré plus tôt cette semaine.

Cet avis est loin d’être partagé par les chefs de file du monde étudiant qui croient au contraire que leur longue expérience scolaire les aide à rester «connectés» sur la réalité étudiante.

«Je sais de quoi je parle»

«J’ai passé deux ans sur les bancs d’école. Je sais de quoi je parle», affirme Léo Bureau-Blouin, président de la FECQ, qui étudie par correspondance au Cégep de Saint-Hyacinthe à temps partiel.

Remarquez comment elle souligne la « longue expérience scolaire » invoquée par les responsables des mouvements étudiants juste avant d’en citer un qui parle de ses « deux années sur les bancs d’école », puis de rappeler qu’il étudie à temps partiel par correspondance. Ni vue, ni connue, elle discrédite leur argument en le présentant de façon absurde. « Longue expérience » accolée à « deux ans », quand on ne prend pas la peine de considérer que deux ans de cégep, pour un jeune de 19 ans (ben oui, il a 19 ans), ça représente un DEC complété par un étudiant qui n’a jamais cessé ses études. On s’entend, pour représenter les étudiants de cégep, un jeune de 19 ans qui a complété son DEC, c’est pas pire.

Page 6 [on peut lire l’article en ligne ici], après une photo qui fait la moitié de la hauteur de la page (pas en largeur; l’article se trouve à droite d’un billet de Richard Martineau qui prend le tiers gauche de la page) accompagnée de « ce que dit le courriel du prof » («Si vous assistez à cette activité, il y aura une question bonus lors de votre prochain examen. Bonne fin de journée!») et du message de l’association des étudiants invitant les élèves à prendre un bus pour Montréal pour manifester, on titre « Boni pour être à la manif? » Le chapeau (vous savez, ce texte généralement en gras qui précède l’article lui-même) indique :

QUÉBEC | Des étudiants de Québec qui se rendront à la manifestation de Montréal, aujourd’hui, visant à dénoncer la hausse des frais de scolarité, auront l’occasion d’accumuler des points en répondant à une «question bonus» sur le sujet.

Je lis cela, et je me dis « voyons donc, il y a un problème d’abus d’une position d’autorité. Un prof de cégep, même s’il est contre la hausse des frais de scolarité, ne peut pas encourager ses étudiants à se présenter à une manifestation en échange de points dans son cours. Indiquer son point de vue est une chose; gonfler artificiellement les rangs d’une cause que l’on défend en est une autre. » Ou quelque chose dans la même veine.

Je continue ma lecture; au 3e paragraphe, on m’indique que c’est dans le cadre d’un cours de science politique intitulé « Mondes et pouvoir ». Au 5e, on apprend que la direction du collège n’a pas autorisé la levée de cours… En fait, en lisant de façon plus pointilleuse, on apprend plutôt qu’une étudiante a dit que la direction du collège ne l’a pas autorisé. Le journaliste, Jean-Luc Lavallée, aurait pu aller vérifier cette information, mais l’a omis. Il aurait été bien de vérifier avec l’administration puisqu’on peut par contre lire ceci sur le site de l’association étudiante de ce cégep :

Pour l’Administration du Collège, « advenant une manifestation significative devant le Collège, et soucieuse de s’assurer de la sécurité et de l’intégrité des membres de son personnel, de ses étudiants, de ses équipements et de ses installations, la direction pourra suspendre les activités du Collège. » La décision de la Direction sera annoncée à 7 h. Considérant la position de l’Administration, nous invitons les étudiants et les étudiantes à venir manifester dès 6 h 30 devant le pavillon A pour dénoncer les hausses des frais de scolarité.

Aux paragraphes 6 et 7, on apprend que les points bonis offerts seront 3 points ajoutés à la note d’un examen en valant 15, soit 20% de la note. Après la lecture de 7 paragraphes (qui, il faut le souligner, dépasse rarement une phrase ou deux), si je ne suis pas allé vérifier la véracité de certaines informations véhiculées par le Journal, je m’imagine un prof de science politique qui encourage fortement ses étudiants à « ne pas se rendre en classe » pour participer à une manifestation contre la hausse des frais de scolarité. Je m’imagine un prof qui abuse clairement de sa position d’autorité.

À partir du 8e paragraphe (après le sous-titre en gras « Pas d’incitation »), on commence à replacer ça en contexte. 8e paragraphe donc : « L’enseignant expérimenté se défend d’avoir incité les étudiants à participer à la manifestation. » Selon ce que je viens de lire, ma réponse spontanée nage dans les eaux de « yeah, right, essaie donc de me faire croire à ça. » 9e, il admet que le courriel a pu être mal interprété, mais qu’il a donné des indications claires en classe. Encore une fois, avec ce que je viens de lire, je ne vois pas le manque d’interprétation : il donne des points bonus pour participer à une manif, bâtard!

Ce n’est qu’au 10e paragraphe (enfin! l’article comporte 12 paragraphes) qu’on peut vraiment dire que la remise en contexte arrive. Au 10e paragraphe, on apprend que les étudiants avaient le choix parmi 3 activités, dont la manifestation (une conférence sur le droit international et une conférence d’Amir Khadir sur les droits de scolarité étaient les 2 autres choix). 11e paragraphe, le prof explique que personne ne sera pénalisé s’il ne va pas à la manifestation, et que les points seront attribués non pas pour la simple participation, mais pour avoir produit « une synthèse critique selon des critères bien précis. » Le 12e et dernier paragraphe montre que la direction du collège défend la démarche du prof.

Je n’ai bien entendu pas lu le plan de cours ou la description de l’activité proposés par ce prof, mais étant moi-même prof de philo au cégep, je saisis ce qu’a probablement été le projet : le cours porte sur les pouvoirs politiques (la description – un peu vague j’en conviens – du cours est ici) et le prof a demandé à ses étudiants de faire l’analyse d’une situation réelle où ces pouvoirs sont en action pour montrer qu’ils comprennent la matière. Rien à redire ici. La première moitié de l’article, plus le texte accompagnant la photo, plus le titre, laissent croire qu’on a affaire à une situation d’abus de pouvoir crasse; le dernier quart de l’article nous fait comprendre que ce n’est pas du tout le cas. On a fabriqué un scandale, citations d’étudiants à l’appui (qui, on l’a vu, ne sont pas particulièrement fiables pour décrire les faits), qu’on dégonfle en fermeture.

Belle job de journalisme.

Écrivez un commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s