Éthique et (chirurgie) esthétique

La chirurgie plastique pour des fins esthétiques soulève plusieurs questions. Si ça vous intéresse, La Presse a monté un dossier là-dessus. Pour ma part, je me questionne. On souligne souvent (implicitement ou non) que ces interventions sont faites pour pallier un manque d’estime de soi, souvent relié à une pression sociale. Dans cet esprit, la compagnie Dove a lancé son « initiative vraie beauté » (c’est une de leur vidéo que j’ai insérée au début de ce billet). On fait de la sensibilisation. À mon avis, ce sont de bonnes choses. Cependant, les seules discussions entourant de possibles législations concernent l’encadrement de la pratique et le devoir de transparence du médecin quant aux risques encourus et à la garantie de résultat qu’il ne peut pas offrir. Si on considère qu’effectivement, plusieurs se rendent chez le chirurgien comme on se rend dans un salon de beauté, ces encadrements sont certainement de première importance.

Personne ne propose de loi visant à limiter les chirurgies à visée esthétiques. Je présume que dans une société comme la nôtre, ce serait pécher par excès de paternalisme. C’est du moins mon avis, et c’est pourquoi je crois que de tels projets de loi seraient à la fois inadéquats et voués à l’échec. Par contre, personne ne parle d’une évaluation de la chirurgie esthétique sous la loupe des codes éthiques ou des codes de déontologie établis (comme le code de déontologie de l’AMC et le code international d’éthique). Je crois qu’une telle étude serait beaucoup plus intéressante et fructueuse.

Ma question est la suivante : est-ce que la médecine devrait servir à corriger les défauts uniquement esthétiques? Gonfler les seins, reconstruire le nez, amincir la silhouette? Est-ce que cela va dans le sens du « mieux-être du patient » si important à ces codes, compte tenu des risques liés aux interventions?

Je ne prétends pas avoir la réponse. Je crois personnellement que le recours à la chirurgie esthétique témoigne, dans plusieurs cas, d’un manque d’acceptation de soi, et que c’est ce manque qui devrait être « traité » plutôt que ce à quoi s’attarde. J’ai donc l’impression qu’il y a un abus. Que la médecine ne doit pas être considérée comme n’importe quelle autre marchandise. J’ai aussi l’impression que ces abus iront en grandissant avec les avancées médicales qui réduiront les risques et élargiront les possibilités. On vit actuellement dans une société où de plus en plus d’individus sont prêts à subir des interventions chirurgicales pour aucune autre raison que d’être plus « beau ». La question mérite définitivement d’être posée.

Une réflexion sur “Éthique et (chirurgie) esthétique

  1. Tout à fait d’accord je pense que d’avoir recours à la chirurgie esthétique est un manque d’amour de soi, nous vivons dans un monde au il ne compte que la beauté physique et la beauté morale????

Écrivez un commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s