De la sagesse politique

Louise Harel a répondu avec une habileté diabolique à des questions délicates sur les accommodements raisonnables et le CHUM. Derrière l’image de la grand-mère à la voix douce se cache une redoutable politicienne qui a 27 ans d’expérience. Pendant une heure et demie, elle n’a fait aucune gaffe, aucune déclaration intempestive. […] Et elle a réussi à ne pas répondre aux questions embêtantes. Mine de rien. (Michèle Ouimet de la Presse, parlant de l’entretien de Louise Harel avec les journalistes)

Boy fishing Michigan CUTE

Boy fishing Michigan CUTE

Je n’en ai pas particulièrement contre Mme Harel. C’est que son exemple me frappe. Je trouve cela dommage. L’expérience en politique, la sagesse acquise au fil des années se traduit par une habileté à éviter les sujets difficiles et les déclarations qui pourraient choquer. Idéalement, sans qu’on s’en aperçoive. Un politicien (ou, dans ce cas, une politicienne) d’expérience se doit « d’endormir le poisson ».

On vit dans une démocratie représentative. La partie « démocratie » rappelle que les décisions sont faites par le peuple et pas par une poignée de personne ayant le pouvoir. La partie « représentative », quant à elle, rappelle que les réelles décisions ne seront pas prises par l’ensemble du peuple, mais par certains représentants choisis par lui. Ces représentants, ce sont ceux qui se présentent aux élections, puis nos élus. La force et la légitimité d’une démocratie représentative vient du fait que le peuple puisse être représenté par quelqu’un qui a des opinions suffisamment similaires à lui pour que sa présence ne soit pas nécessaire lors de chacune des décisions. La force d’un homme ou d’une femme politique devrait donc entre autres résider dans sa capacité à se faire comprendre du peuple, afin qu’il puisse décider si oui ou non il le représente bien.

Or, l’état des choses semble indiquer le contraire. Comment une démocratie représentative légitime est-elle alors possible? Est-ce qu’on est en droit de demander quelque chose de tel qu’une énonciation claire des positions tenues par quiconque se présente sur la scène politique? Où ce qu’on avance puisse être compris plutôt que dilué, énoncé plutôt qu’évadé? Est-ce qu’on est en droit de demander que nos hommes et nos femmes politiques nous disent, parfois, qu’ils n’ont rien de clairement établi? Ou encore qu’ils ne savent simplement pas quoi répondre à la question? Est-ce qu’on est en droit de demander que nos représentants aient le devoir d’être clairs?

Je voudrais une loi sur la clarté. Quelque chose qui oblige tous les individus se lançant en politique à dire clairement ce qu’ils ont derrière la tête. Parce que pour l’instant, les plus clairs, même s’ils ont parfois de bonnes idées, ne me semblent pas toujours géniaux. Il faut croire qu’on ne peut pas toujours être bien représenté; il faut parfois y aller pour la moins mauvaise des représentations. Mais c’est un autre problème.

Democracy is the worst form of Government except all those other forms that have been tried from time to time.Winston Churchill

Écrivez un commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s