Denise Bombardier ou la clarté d’un projet

«Je ne suis pas une potineuse, se défend-elle. Les gens me demandent s’il y a quelque chose que je leur ai caché. Non, je ne cherchais pas à débusquer des choses et, de toute façon, j’ai la conviction qu’ils n’ont pas de squelettes dans leur placard, mais ce sont des êtres complexes.» Denise Bombardier, citée par Alain de Repentigny

Je dois tout de suite faire amende honorable : je n’ai pas lu, et n’ai pas l’intention de lire le dernier de Denise Bombardier, L’énigmatique Céline Dion. Je n’ai d’ailleurs jamais lu ne serait-ce qu’un de ses livres. Il reste néanmoins que je me pose une question quant à cet ouvrage : qu’est-ce que c’est ?

Dans le même article (cité plus haut), elle dit qu’elle aurait pu « écrire un essai théorique sans les voir en action [ou] faire un essai pour les gens qui lisent des essais », ce qui suggère que ce n’est ni l’un, ni l’autre (quoique je vois mal la différence entre un « essai théorique » et un « essai pour les gens qui lisent des essais). Dans deux reportages vidéos, on parle plutôt d’un essai ou d’un regard, ce qui ne facilite pas les choses. Archambault et Renaud-Bray le classe dans la section Biographie, peut-être pour nous rappeler que malgré que l’auteur ne soit sociologue de formation, ce n’est pas un livre de science sociale. Elle a dit au Journal de Montréal que son projet était « une perception, une vision, une analyse de ce phénomène, de cette chanteuse phénoménale », qu’elle « pose aussi un regard sur l’organisation, sur son entourage, sur la façon dont les gens agissent avec eux»; la critique de Karine Vilder dans le 7 Jours dit qu’elle propose « d’analyser le phénomène Céline Dion d’un point de vue purement sociologique , même si le titre de son livre peut laisser supposer qu’il s’agit plutôt d’une énième biographie non officielle qui révélera sur la star quantité de détails croustillants relevant du domaine privé ». Bon. Alors qu’est-ce que c’est? Un genre d’essai biographico-socio-pratique pour les gens qui n’ont pas l’habitude de lire des essais? Moi, ça me fait penser à une étude ethnologique de terrain. Comme ces chercheurs qui vont vivre avec des tribus indigènes pour documenter leurs us et coutumes. Ou encore avec des gorilles. Mais cette fois-ci, c’est chez la communauté des Dion-Angélil, durant un rituel appelé une tournée. Mme Bombardier a suivi Céline Dion et son monde pendant un an durant sa tournée Taking Chances; ça se tient. Je n’ai peut-être pas autant de talent que l’auteur pour les rapprochements fracassants, mais j’y travaille.

Mais l’auteur nous dit qu’elle ne cherchais pas « à débusquer des choses », qu’elle est de toute façon convaincue « qu’ils n’ont pas de squelettes dans leur placard ». Côté méthode scientifique et journalistique, c’est plutôt zéro. Côté potinage, c’est définitivement zéro aussi. En soi, mettre d’accord ces trois approches relève déjà de l’exploit, il faut le reconnaître. Et ça ne semble pas non plus être pour les lecteurs du 7 Jours, vu la cote de 1, 5/5 que le magazine lui a accordé.

Heureusement, on sait qu’elle a eu carte blanche pour nous parler de cette « chanteuse phénoménale » « à la hauteur de son mythe » qui, par certain moment, « l’épatait tellement » qu’elle ne pouvait retenir son enthousiasme; de cette « fille de Charlemagne » qui représente « un peuple enfin vainqueur à travers elle »; de son fils René-Charles qui « [l’]émeut tellement » et de René, le papa « très présent » qui est « un modèle très fort ». On n’aurait pas voulu des propos adoucis et édulcorés par la censure. On veut du vrai,, du brut, et c’est exactement ce qu’on aura grâce à Mme Bombardier.

Je n’ai pas de problème avec le fait qu’on écrive des biographies sur des stars. Je n’aime pas qu’on essaie de le faire passer pour… je ne sais pas trop quoi de mieux, de plus valable. Ou de plus intellectuel, dans son sens le plus élitiste et péteux possible. Quand on annonce un nouveau film de Marvel, je pense que ce serait ridicule de dire que c’est une analyse du comportement humain qu’on a essayé de produire. Peut-être bien. Peut-être même que c’est assez bien réussis. Mais qu’on s’entende: je vais voir un film où les personnages pitchent des boules de feu avec leurs yeux. Alors dites-le, Mme Bombardier. Vous avez écrit une autre biographie, pas un peu-importe-ce-que-c’est. Elle est peut-être bien bonne, votre biographie. Bien différente des autres. Sans potin. Montrant notre nationale Céline fragile et humaine. Mais vous n’êtes pas la Lévi Strauss du monde artistique. Et vous êtes définitivement une fan, désolé.

Bite the bullet, comme un prof m’a déjà dit. Traduction : assume donc ce que tu fais.

Écrivez un commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s